Autres journaux :


jeudi 14 janvier 2016 à 09:05

Du côté de la librairie…

Envie de lire… des destins



 

Forcer le destin, le rendre plus lumineux, le décortiquer, le comprendre… Chacune des propositions de lecture de la semaine vous poussera un peu plus loin dans les destinées.

 

 

Etrange histoire que celles des vies qui vont défiler à Crans Montana dans les années 60. Cette station suisse accueille chaque année plusieurs familles françaises aisées, venues tuées leur ennui et se montrer aux autres. Chris, Charlie et Claudia sont de la partie, accompagnées de leurs frères qui ne les voient pas grandir.

 

 

 

Et pourtant, au fil des années, des pistes de ski à celles des boîtes de nuit, les trois filles vont former un trio lumineux et trouble, évoluant au fils des saisons vers la réussite ou la perdition. Des années 60 aux années 90, des premiers émois amoureux à leur disparition, elles entretiendront involontairement un mystère que personne ne percera. Narrée alternativement par les garçons et les filles, toutes générations confondues, cette histoire laisse un goût doux-amer, feutré, secret, clinquant et désespéré. Troublant.

 

livre 1401162

 

 

Monica Sabolo. Crans-Montana. Paris : JC Lattès, 2015. 250 p.

 

 

Belle et sombre destinée que celle de Vivian Daly, petite Ecossaise en exil aux Etats-Unis des années 30 et qui, devenue orpheline, va rejoindre d’autres enfants sans parents dans le « train des orphelins ». Traversant les villes du Midwest, le train s’arrête dans les gares où les adultes viennent chercher un enfant, qui pour s’occuper des champs, qui pour devenir un vrai membre de la famille. Au fil des années, et après bien des péripéties, Vivian va reléguer ce douloureux passé au fond d’un grenier jusque dans les années 2000 ou Molly, également orpheline, va entrer dans sa vie pour ranger ce fameux grenier. Alternant les deux époques, l’auteur revient sur un fait méconnu de la Grande récession américaine qui a déposé aux quatre coins du pays de nombreux enfants plus ou moins bien accueillis. Une belle histoire d’attachement entre deux femmes pleines d’émotions.

 

 

livre 1401164

 

Christina Baker Kline. Le train des orphelins. Paris : Belfond, 2015. 352 p. 20.50 €

 

 

Parfait exemple de ce qu’une mère est capable de faire pour la destinée de ces enfants, Kristine Barnett livre dans « L’étincelle » le combat que cette Américaine a mené pour permettre à son fils autiste Jack de mener l’existence qui lui permettrait de s’épanouir. Promsi à un parcours difficile, probablement exclu de la société, le petit garçon est doué d’une intelligence hors normes qui va faire de lui le plus jeune astrophysicien américain (à l’âge de 10 ans, il était inscrit à l’Université de l’Indiana et devient à 15 ans doctorant à l’Institut Perimeter pour la physique théorique).

 

 

Au-delà de l’incroyable histoire de ce garçon qui a développé des théories physiques novatrices, tout l’intérêt de ce témoignage réside dans l’incroyable confiance que sa mère a mis dans sa propre capacité à suivre ce qui lui semblait bon pour son enfant. Au-delà des avis des spécialistes, elle part du principe qu’il est nécessaire, encore plus pour des enfants souffrant d’autisme ou de handicaps, de travailler sur la valorisation de ce qu’ils savent faire et non pas sur ce qu’ils ne sauront jamais faire. A méditer.

 

 

livre 1401163

 

Kristine Barnett. L’étincelle. Paris : Pocket, 2015. 345 p.

 

 

Délicat ouvrage de Jean-Philippe Blondel, « Mariages sa saison » relève de la douceur sucrée et piquante d’un berlingot. Corentin, 27 ans, travaille chaque été avec son parrain, Yvan, de 25 ans son aîné, comme cinéastes et photographes de mariage. Au fil de l’été 2013, le jeune homme en plein désert sentimental accompagne cinq mariages au cours desquels il va filmer les confidences des mariés, en aparté des cérémonies, comme autant de témoignages d’amour qui vont le bouleverser. Parallèlement à ce travail, Corentin demande à ses amis de de parler de lui, face caméra, sans fausse pudeur et en toute honnêteté. Au long de cet été, il va petit à petit se perdre dans ses attentes, se chercher et finir par se trouver. La quête sentimentale, la recherche de vérité, les parcours des uns et des autres font de ce petit livre une vraie tendresse, un regard vers soi, vers l’amour, vers la quête de l’autre et de sa vérité. A conserver précieusement et à relire les jours de blues.

 

livre 1401165

 

 

Jean-Philippe Blondel. Mariages. Paris : Buchet-Chastel, 2015. 183 p. 14 €

 

 

 

Lecture un peu compliquée que celle de « Tourner la page » : impossible de savoir si l’action se passe dans l’instant, relate le passé ou anticipe sur le futur, la narration passant de l’un à l’autre au sein d’un même chapitre sans que cela soit évident. Difficile aussi de savoir de qui il est question : Eyjla, sa mère, sa grand-mère, sa tante, cousine… Un monde de filles, de femmes aux caractères marqués. Les hommes n’apparaissent qu’au travers du regard porté sur eux : un grand-père écrivain célèbre, des maris qui passent auprès de sa mère et pour Eyjla, un mari dont chacune des femmes qui l’entourent la pousse à divorcer, à commencer par sa grand-mère, qui l’envoie au loin avec sa cousine Runa. C’est donc l’histoire, entre autre, de cette laborieuse séparation en même temps que celle de plusieurs naissances : naissance d’une écrivaine, renaissance pour elle, et enfant à venir. En fond aussi, extrêmement présent, les pays du Nord, l’Islande notamment, avec le froid, l’absence de soleil, la mer et les pêcheurs, les voies de l’au-delà qui guident les vivants, la vie rude d’avant la chute du mur de Berlin, la vie modeste d’après, l’alcool et encore l’alcool, chez les hommes comme chez les femmes… et, de manière récurrente, une avalanche tueuse d’hommes. A lire, pour l’ambiance islandaise, mais avec un esprit vif et alerte !

 

livre 1401166

 

Audur Jonsdottir. Tourner la page. Paris : Presses de la Cité, 2015. 464 pages. 22 €

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer