Autres journaux :


vendredi 27 mai 2016 à 07:31

Du côté de la librairie…

Envie de lire… des petites choses françaises



Nous voici plongés au cœur d’une galerie de personnages qui se connaissent plus ou moins et dont les destins vont s’entrecroiser. Le surdoué et peureux Félix, paléontologue de son état, qui n’arrive pas à partir de chez sa mère. Tom, immense policier divorcé qui s’attache à une femme refusant de s’attacher.

 

 

 

livre 1905166

 

 

 

Ava qui quitte son travail de vendeuse sur un coup de tête, Olive qui refuse d’avoir des enfants ou encore Perla, rabaissée et trompée par son mari. Les traits sont là, les histoires aussi, il m’a cependant manqué un peu de longueur. Dès le début, le roman nous lance en effet sur la trace de ces quarantenaires en pleine évolution, que l’on adopte sans retenue et avec joie. Le tourbillon nous emporte… pour nous déposer un peu brusquement au pied des dernières pages du roman qui aurait supporter un peu plus de développement. On reste un peu sur sa faim et sur une impression de bouclage un peu rapide. Dommage, car passer quelques heures de plus en compagnie de ces personnages aurait été bien agréable !

 

 

 

livre 2705163

 

 

Agnés Abécassis. Le tendre baiser du tyrannosaure. Paris : Le livre de poche, 2016.

 

 

 

Clara a cinq ans lorsque ses parents, fuyant l’arrivée des Allemands, quittent la capitale et se retrouvent à vivre dans un petit hameau du Morvan. Mais le répit sera de courte durée et les parents, déportés, laissent la petite fille seule. Adoptées par Amélie et Gaston les voisins, la petite fille devient La Juive. Une situation, un surnom, une insulte qu’elle gardera jusqu’à la fin de ses jours, poursuivant sans relâche sa quête pour comprendre si quelqu’un a dénoncé ses parents. Au fil des générations et des rencontres, Clara va livrer son combat et ses réflexions sur la justice, la différence, l’acceptation et le renoncement. Un beau moment de lecture, profond comme le Morvan.

 

 

livre 2705165

 

 

Didier Cornaille. Pardon Clara. Paris : Presses de la Cité, 2016. Coll. Terres de France. 350 p. 19 €

 

 

 

Tendre fable que celle proposée par l’auteur qui avait promené un fakir dans une armoire Ikéa. Tout aussi barré, nous emporte cette fois-ci aux côtés de Providence Dubois, qui en volant de ses propres ailes a décidé de rejoindre Zahera, sa fille adoptive atteinte de mucoviscidose qui l’attend de l’autre côté de la Méditerranée. Barré parce que Providence va apprendre à voler avec un moine fan d’Iglésias, son avion étant bloqué à l’aéroport par le nuage de cendres du volcan au nom imprononçable. Barré parce que jusqu’au dernier chapitre, on ne comprend pas le sens profond de l’histoire. Et tendre parce que tout cela n’est qu’une fable, bien triste cependant, mais une fable sur l’amour, la résilience, le pardon. A lire jusqu’au bout.

 

 

 

livre 2705162

 

 

Romain Puértolas. La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel. Paris : Livre de Poche, 2016. 284 p. 7.10 €

 

 

 

Auguste est né dans un petit village du Morbihan, d’une mère qui ne l’aime pas et d’un père inconnu. Livré à lui-même, le jeune garçon se forge ses expériences dans les chemins du village, alternant taloches de la part de ses mère et grand-mère, et attention venant d’un vieil homme que les villageois qualifient de sorcier : Daoudal. Auprès de cette figure paternelle, le garçon va apprendre la nature, la vie, l’hypocrisie mais aussi la justesse et l’amour. Au détour des chemins creux et des âmes, Auguste se livre peu à peu tandis que certains s’enferment petit à petit dans les non-dit et les a-priori. A la limite de la biographie, sans fausse pudeur, ce beau roman attachant peut révolter, confrontés que nous sommes aux injustes coups et manques d’amour, mais confortés dans un même temps dans la capacité qu’a l’être humain à résister et à se bonifier. Un roman aussi profond que les chemins de Saint-Fiacre, en toute simplicité.

 

 

 

livre 2705164

 

 

Daniel Cario. Les chemins creux de Saint-Fiacre. Paris : Presses de la cité, 2016. Coll. Terres de France.

 

 

 

Dernière proposition de la série, un livre doux-amer, presque triste, sur la blessure d’un enfant. Mariano, sous la garde de son père depuis le départ inexpliqué de sa mère un an avant, voit ce dernier s’échouer petit à petit au rythme des bières qu’il ingurgite. Nourri de pâtes, il tente tant bien que mal de trouver un peu de réconfort dans le monde qui l’entoure. Et cette année-là, ce sera la finale de Roland-Garros, avec Yannick Noah. Chaque jour, chaque heure le rapproche un peu plus de ce moment qu’il attend comme le Graal, aux côtés de ce père qui semble de réveiller. Peut-être pour mieux se rendormir. Ce récit poignant d’un jeune garçon de 13 ans, pétri de culpabilité sur le départ de sa maman et décidé à affronter ce père qui ne le comprend plus, reste dans la justesse, sans trémolo, sans pitié, à la recherche d’un amour. Un beau moment.

 

 

 

livre 2705166

 

 

Eric Genetet. Tomber. Paris : Héloïse d’Ormesson, 2016. 128 p. 15 €

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer