Autres journaux :


vendredi 31 août 2012 à 21:56

Rentrée scolaire 2012 : « l’air est plus léger mais la réalité reste pesante »

Pour le syndicat SE-Unsa71



 

 

 

« Malgré la création en urgence de 1000 postes dans les écoles et de 280 dans le second degré, le SEUNSA ne pense pas que la rentrée 2012 sera plus facile que les précédentes. Et pour cause ! Elle a été organisée par le précédent gouvernement dans une logique implacable de restriction budgétaire et de casse du Service public. En Saone-et-Loire ce sont seulement 4 postes sur les 1000 postes crées par Peillon qui ont pu être ouverts en primaire, en regard des 53 fermetures  …

 

Rien de mieux pour le second degré, pourtant gravement ponctionné dans les collèges et les lycées ! ( plus de 50 postes).

 

On s’attend en particulier à de réelles difficultés en ce qui concerne les remplacements, avec des moyens de plus en plus insuffisants ( 18 fermetures de postes de brigade dans le 1er degré pour cette rentrée), ainsi que pour le suivi des élèves en situation de handicap ( EVS pas encore nommés à 4 jours de la rentrée pour certains cas, Rased à l’agonie).

 

Cette rentrée sera pourtant plus légère aux personnels et à la communauté éducative car depuis mai dernier, le ton et la méthode ont changé au niveau de nos interlocuteurs du ministère….

 

Le Recteur lui-même s’engage à «  Restaurer les liens entre l’éducation nationale, les élèves et les enseignants »… C’est lui qui le dit ! Ce serait donc qu’il conçoit que ces liens se sont gravement dégradés au cours de ces dernières années…

 

L’École de la République n’est plus présentée comme un fardeau coûteux mais comme un nécessaire investissement de la Nation. Les personnels ne sont plus renvoyés au rang de simples exécutants, corvéables, mais appréciés comme des professionnels reconnus. La concertation n’est plus une simple formalité vide de sens, mais un élément d’élaboration collective des évolutions.

 

Il était temps qu’un peu de sérénité revienne après des années de maltraitance qui avaient engendré exaspération et repli sur soi.

 

Pour autant, ce n’est pour l’instant qu’une  bouffée d’air frais – certes agréable et nécessaire, mais qui ne résoudra pas à elle seule tous les maux de notre système éducatif.

 

Les personnels enseignants et d’éducation témoignent de leur volonté de changement, comme le montrent les premiers résultats de notre enquête «Exigeants pour le changement» (plus de 6500 réponses à ce jour). Leurs réponses établissent un cahier des charges précis de leurs attentes prioritaires : pédagogie, formation et missions des professeurs, programmes et revitalisation du socle commun, rythmes scolaires, revitalisation du métier d’enseignant  .

 

La crise est profonde et le chantier de la refondation lancé en juin doit impérativement mettre enfin sur les rails l’École du XXIe siècle.

 

Pour le SE-Unsa, il n’est plus temps de tergiverser. Nous ne manquerons pas le rendez-vous de la refondation de l’École de la République parce qu’il est crucial.

Le SE-Unsa mettra donc toute son énergie pour que ce projet permette enfin la réussite et l’insertion sociale et professionnelle de chaque jeune qu’il appelle de ses voeux. »

 

 

Sylvie DESCOMBES, Secrétaire générale du SE-Unsa71

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer