Autres journaux :

samedi 5 mai 2018 à 10:35

Le collectif des 5000  

Pour contrer le déploiement généralisé du compteur Linky



 

 
 

C’est au sein même de la Communauté Urbaine que nous avons rencontré un membre du collectif des 5000, un collectif dont l’objectif est de contrer le déploiement généralisé du compteur dit intelligent Linky.

A l’heure où le nombre de réunions publiques au sujet de ce nouveau compteur électrique se multiplie sur le territoire communautaire, essayons de comprendre l’objectif de ce collectif.

Découvrez notre interview exclusif ci-dessous :

Montceau-News : Qu’est-ce que le collectif des 5000 ?

Membre du collectif :

En fait le collectif des 5000 est un rassemblement de plus de 5000 personnes (5071 inscrits en date 3 Mai 2018) qui se sont lancées dans une action collective contre la pose d’un compteur Linky via la plateforme MySMARTcab   (https://linky.mysmartcab.fr/ ) .

Montceau-News : Qui en fait partie ? Qui peut en faire partie? Quels sont les soutiens du collectif ?

Membre du collectif :

Toute personne habitant en France (locataire ou propriétaire), titulaire d’un contrat de fourniture d’électricité ou non, compteur LINKY déjà installé ou pas, compteur à l’intérieur comme à l’extérieur de l’habitation, ayant intérêt à ce que lesdits compteurs soient retirés ou du moins que leurs principaux défauts soient neutralisés peut participer. La possibilité d’agir pour une entreprise, une société est possible à condition que la demande rentre dans les catégories de demandeurs proposées.

Plusieurs collectifs anti-Linky soutiennent cette action collective ainsi que que l’eurodéputée Michèle RIVASI et l’ancienne ministre de l’environnement Corinne LEPAGE.

Montceau-News : Pourquoi avoir voulu les rejoindre ?

Membre du collectif :

J’ai rejoint cette action collective afin que la lumière soit faite sur le déploiement de ce compteur Linky tant au niveau de la santé (ondes Courant Porteur en Ligne ), de la vie privée (ENEDIS devient un opérateur de BIG DATA ; avec nos données de consommation) que sur le respect du refus de la pose. Car oui nous pouvons refuser la pose de cet appareil. Les compteurs communicants (comme le Linky) ont déjà été déployé dans des pays comme les Etats-Unis et le Canada mais leur utilisation et leur pose a causé beaucoup de problèmes (violation de propriété privé lors de l’opération de pose, incendie et déclenchement du syndrome de l’électrohypersensibilité aux ondes électromagnétiques).

Montceau-News : Comment rejoindre le collectif ?

 

Membre du collectif :

 

Pour rejoindre cette action collective, il faut se rendre sur le site https://linky.mysmartcab.fr/ et s’inscrire et répondre à plusieurs questions comme Nom, Prénom, date de naissance, situation professionnelle, numéro de PDL (point de livraison.).Y a-t-il plusieurs abonnés sur le même compteur ? Y a-t-il chez vous, en plus des titulaires du contrat de fourniture d’électricité, une personne électrohypersensible ou ayant une pathologie qu’elle estime la rendre plus sensible aux champs électromagnétiques (diabète, hypothyroïdie, etc.) ? Un justificatif devra être fourni : certificat médical et/ou constat d’huissier.

 

 

Montceau-News : Comment a commencé votre contestation et votre méfiance vis-à-vis du linky ?

Membre du collectif :

J’ai commencé à me poser des questions à partir du moment où l’opération Linky commençait à consister à remplacer des compteurs existants opérationnels avec ces fameux compteurs communicants qui ne font en rien économiser de l’énergie à ses utilisateurs et à notre pays (infrastructure Linky consistant notamment en l’installation de datacenters, d’antennes GPRS (téléphonie mobile) dans les transformateurs de quartiers). De plus, le choix de la technologie CPL n’est pas des plus judicieux car elle produit des ondes électromagnétiques (probablement cancérigènes (Groupe 2 d’après l’OMS). Il aurait été plus intéressant d’utiliser la fibre ou l’ADSL pour transmettre les données de consommation.

Montceau-News : Quelles démarches faut-il réaliser pour intégrer le collectif? comment avez-vous fait ? Quelles sont vos attentes par rapport à cette démarche ?

Membre du collectif :

Les inscriptions à l’action collective sont closes sauf pour les départements 33,47,24.

J’attends de cette démarche une reconnaissance par la justice du respect du refus de la pose de ce compteur que se soit pour un motif médical ( électrohypersensibilité ) ou pour un motif personnel autre . De plus, du point de vue de la santé, il faut que des expertises indépendantes étudient la dangerosité de l’écosystème Linky .

Je suis pour l’application d’un principe de précaution protecteur de la santé humaine .

 

Montceau-News : Quelles sont les attentes du collectif ?

Membre du collectif :

Les attentes de l’action collective ( du « collectif » ) sont les suivantes :

Outre la liberté de choix du consommateur, l’action s’articulera autour de deux axes principaux : la santé et la vie privée.

Au niveau de la santé, de nombreuses études scientifiques constatent le danger des expositions chroniques aux radiofréquences tandis que d’autres études ne constatent pas d’effet sanitaire. En l’absence de « consensus scientifique », la loi n°2015-136 du 9 février 2015 a développé différents moyens visant à réduire l’exposition aux champs électromagnétiques.

Le déploiement de compteurs communiquant notamment par courant porteur en ligne (CPL) augmente ces expositions chroniques.

Par ailleurs, le nombre croissant de personnes diagnostiquées électrohypersensibles après la pose de certains matériaux dentaires ou un cumul important d’expositions aux radiofréquences attend une réponse juridique utile. Ces personnes subissent des dommages en présence de certains champs électromagnétiques y compris à leur insu.

Notamment, en l’absence de « consensus » scientifique, le droit de la responsabilité du fait des produits défectueux permet de prouver un lien de cause à effet grâce à des présomptions graves, précises et concordantes.

L’action s’attachera à démontrer que toute personne, électrohypersensible ou non, est fondée à refuser les émissions fréquentes d’ondes électromagnétiques des compteurs communicants afin de protéger sa santé.

Au niveau de la vie privée ensuite, le déploiement des compteurs électriques communicants est un projet évolutif, conçu dans l’intérêt des fournisseurs d’électricité en vue d’un comptage et d’un pilotage des consommations électriques de plus en plus précis.

Ces compteurs sont mis en œuvre pour permettre, notamment que « les fournisseurs d’énergie puissent récupérer les données de comptage de leurs clients par des échanges de données standardisés sur tout le territoire national » (art. 4 de l’arrêté du 4 janvier 2012 relatif aux dispositifs de comptage sur les réseaux publics d’électricité).

Le droit au respect de la vie privée est un droit consacré par les textes fondamentaux (art. 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, art. 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, Convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel, art. 8 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne relatif à la protection des données à caractère personnel), et par la loi (art. 9 du Code civil, Loi « Informatique & Libertés »).

Il sera démontré que le fournisseur ou distributeur d’électricité impose l’installation des compteurs dits « Linky » sans le consentement des personnes, voire dans certains cas de violation d’un refus dûment notifié.

L’action collective défendra le droit au respect de la vie privée en demandant l’application pleine et entière des dispositions nationales et conventionnelles les protégeant.

Montceau-News : Dernière question, certains maires indiquent qu’ils ne prendront pas d’arrêté municipal concernant la pose des compteurs linky car ils pourraient être rejetés par la préfecture. Qu’en pensez-vous ?

Membre du collectif :

Aux dernières nouvelles, les maires ont le droit de s’opposer à la pose de compteurs. Les seules raisons pour lesquelles certains ont été désavoués par la préfecture semble être plutôt lié à une question de propriété. En tout cas, un maire peut tout à fait se positionner pour encourager ses administrés à faire valoir leurs droits.

Pour en savoir plus, voir notamment les liens ci-dessous :

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=339047983168601&id=133291430410925

http://refus.linky.gazpar.free.fr/

dossier-refus-linky-action-en-justice

EM

link 0505182

link 0505183

link 0505184




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer