Autres journaux :


lundi 1 mai 2017 à 10:15

Alliance Marine Le Pen – Nicolas Dupont-Aignan (Politique)

" Ma position et mon soutien" écrit Maxime Thiébaut



On nous prie d’insérer :

« Nous sommes à un tournant de notre Histoire. Souhaitons-nous défendre l’indépendance de la France et la liberté des Français ? Ou bien préférons-nous le candidat des banques et de la finance ?

Nous avons vécu cinq années terribles avec François Hollande. Emmanuel Macron est un Hollande puissance 10. Il défend la hausse de la CSG, la casse sociale, la soumission de notre pays aux puissances d’argent, et donc s’attaque frontalement à nos classes moyennes et populaires.

J’ai beaucoup réfléchi la semaine suivant le premier tour. Que faire ? Se résigner ? Ou bien oser construire pour l’avenir de mon pays ? J’aurais pu rester dans le confort, ne rien faire. J’aurais pu me cacher derrière mon petit doigt en appelant au vote blanc ou au « ni-ni ». Mais j’ai préféré mes convictions à tout autre intérêt. J’ai choisi la France, plutôt que la finance.

Nicolas Dupont-Aignan a consulté le Conseil national de Debout la France à deux reprises. DLF a vécu un beau moment de démocratie interne. Notre Président a ensuite pris ses responsabilités et a agi comme un Homme d’Etat digne de ce nom.

Emmanuel Macron et ses soutiens sont responsables du malheur de nos agriculteurs, de la désertification de nos zones rurales, de la désindustrialisation de notre pays, de la chute du pouvoir d’achat des Français et de la souffrance de nos artisans et PME.

Emmanuel Macron est l’artisan de la politique économique désastreuse de François Hollande entre 2012 et 2017. Il était en effet son principal conseiller avant de devenir son ministre. Comment accepter de lui confier à nouveau la France après tant d’échecs ?

Emmanuel Macron est soumis à l’Union européenne, à la finance et à l’Allemagne. Notre démocratie et nos libertés fondamentales sont donc en danger. Le Général de Gaulle disait justement : « La démocratie, c’est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave ».

L’héritier de François Hollande n’est donc pas un républicain. Avec ses soutiens, il incarne en réalité le Front de la Soumission face au vrai Front Républicain porté par Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen.

Nicolas Dupont-Aignan a conclu avec Marine Le Pen une Alliance patriote et républicaine. Je suis ravi de la signature de cet accord de gouvernement qui a éclairci et infléchi le programme présidentiel de Marine le Pen. Ce pacte gouvernemental a conditionné le soutien de Nicolas Dupont-Aignan.

Nous avons beaucoup de différences avec le Front National. C’est certain. Mais ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise : la défense de l’indépendance de la France, de notre souveraineté nationale, et donc de notre démocratie.

Nous allons reconstruire une belle Europe des projets. Une Europe des coopérations entre des Etats libres pour l’avenir de nos enfants. Nous en terminerons avec cette Europe de la soumission aux lobbyistes et aux intérêts d’argent. A la technocratie, je préfère la recherche, le développement et l’innovation.

Nicolas Dupont-Aignan nommé Premier ministre, c’est la garantie que les valeurs gaullistes, républicaines et humanistes qu’il porte seront respectées.

Il saura, comme chef du gouvernement, contribuer au redressement de notre pays, lui qui a su le faire avec sa ville d’Yerres où il est réélu à chaque fois à près de 80% des voix pour son excellente gestion.

Il est important de souligner que Debout la France reste un parti libre et indépendant. Ce n’est donc pas un ralliement au Front National.

DLF sera présent dans la plupart des circonscriptions de France aux élections législatives.

L’accord n’inclut aucun soutien financier. Les comptes de campagne de l’élection présidentielle de NDA seront bouclés grâce aux contributions et aux dons des adhérents et sympathisants.

Je lance enfin un appel aux républicains, à cette droite orpheline. Ils peuvent rejoindre le parti gaulliste Debout la France. Les ténors LR les ont trahi en soutenant Macron, sans même prendre le temps de la réflexion. Ils veulent offrir la France à Macron pour sauver leur siège, au détriment de leurs valeurs et de leurs convictions.

Pour la liberté, l’égalité et la fraternité.

Je choisis la France et non la finance.

Je choisis Marine Le Pen et non Angela Merkel.

Je choisis la République et non la soumission du peuple français.

Vive la France ! Vive la République »

Maxime Thiébaut

Délégué national de Debout la France

Secrétaire départemental DLF de Saône-et-Loire

thiebault 1903172



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer