Autres journaux :


vendredi 13 mars 2015 à 09:20

Fiche santé (5)

Les jambes lourdes



 

Les jambes lourdes

 

 

 

Que ce soit en été ou simplement à la fin de la journée, nous sommes nombreux à sentir nos jambes lourdes. Doit-on s’en inquiéter ? Et de quoi s’agit-il exactement ?

 

 

 

 

La sensation de lourdeur des jambes est liée à une mauvaise circulation du sang dans les veines. A terme, cette affection peut évoluer vers la formation de varices. De plus, elle est plus courante chez les femmes et il y a différents facteurs de risques que nous allons vous présenter aujourd’hui.

 

 

L’association des maladies veineuses a développé une étude montrant de 68 % des personnes interrogées souffrent de jambes lourdes, 50 % ont des varices et 47 % se plaignent de douleurs.

 

 

Mais de quoi parle-t-on ?

 

 

Le Docteur Dubreuil indique que « Les membres inférieurs paraissent pesant, tendus et sensibles à la fatigue. Ces sensations concernent surtout les mollets, ils ont tendance à s’accentuer : au fil de la journée, par temps chaud, en cas de station debout prolongée (piétinement), dans les jours qui précèdent la survenue des règles chez les femmes. »

 

 

 

A noter : ces signes peuvent s’accompagner de crampes ou d’un besoin de se gratter les jambes (prurit), surtout vers le bas des mollets.

 

 

Le Docteur nous indique aussi trois autres symptômes :

 

 

o Des impatiences : ce sont des sensations désagréables, tels que des fourmillements, des engourdissements, des picotements ou brûlures, pouvant aller jusqu’à une impression de douleur dans les jambes. « Elles apparaissent après une immobilisation prolongée et oblige à marcher pour les calmer ».

 

 

o Des oedèmes : il s’agit d’un gonflement des tissus qui surviennent en fin de journée et qui sont aggravés par la chaleur. « Ils se développent surtout au niveau de la cheville mais aussi au-dessus du pied. Ces symptômes disparaissent le plus souvent après une nuit de repos ».

 

 

o Des télangiectasies : ce sont des réseaux de petits vaisseaux rouges dilatés, visibles sur la peau des jambes. « Lorsqu’on appuie dessus la rougeur s’atténue. Ils peuvent être accompagnés de petites veines visibles. »

 

 

 

Quelles sont les raisons de ces symptômes ?

 

 

Ce phénomène est causé par une stagnation de la circulation veineuse, que l’on appelle également insuffisance veineuse.
Ce dysfonctionnement peut lui-même ralentir la circulation de la lymphe. Dans ce cas, on parle d’insuffisance veino-lymphatique.

 

Notre interlocuteur indique ainsi que « l’évolution peut être marquée par :

 

 

– des varices des jambes (veine visible déformée et sinueuse),
– un œdème permanent (au niveau du pied de la cheville et de la jambe),
– des troubles plus importants de la peau, telles que des zones brunes, pigmentées, un eczéma ou un ulcère (plaie persistante de la jambe) ».

 

 

 

Plusieurs facteurs peuvent favoriser les jambes lourdes.

 

 

Certains éléments peuvent influer sur l’apparition d’une insuffisance veineuse : l’hérédité, le sexe féminin, la grossesse, l’exposition à la chaleur, le surpoids ou l’obésité ou la posture et l’activité physique. En effet, comme le rappelle le Docteur,  « les varices sont plus fréquentes en cas de piétinement, de station debout prolongée et répétée. Elles se développent souvent chez des personnes ayant une activité sédentaire ».

 

Que faire en cas de jambes lourdes ?

 

D’abord de l’activité physique !

 

Pour favoriser une bonne circulation sanguine, il faut marcher au moins 20 mn par jour et préférer les escaliers à l’ascenseur.

 

« Il faut pratiquer un sport, comme le vélo d’extérieur, d’appartement, la gymnastique, la natation ou la danse. » souligne le Docteur.

 

Marcher contribue à une meilleure circulation sanguine et peut réduire les symptômes de jambes lourdes.

 

Pendant la marche, le sang est propulsé dans les veines profondes en direction du cœur, sous l’effet de l’écrasement des veines de la voûte plantaire et des contractions musculaires des mollets qui jouent ainsi le rôle d’une véritable pompe. C’est ce que l’on appelle le retour veineux.

 

 

Faites attention à votre posture !

 

« Le sang circulera mieux si les jambes sont étendues en position assise ou couchée. » explique le Docteur.
Il est conseillé de surélever les pieds du lit avec une cale de 10 à 15 cm. Si la station assise ou debout doit être prolongée, il faut faire des pauses régulières pour marcher et réaliser des mouvements de flexion du pied.

 

Après une journée debout, il est préférable de prendre une douche froide sur les jambes afin de soulager les symptômes.

Si les pieds n’ont pas un bon appui pendant la marche, il est préférable de consulter un podologue.

 

 

Évitez l’exposition à la chaleur !

 

Il faut éviter les bains trop chauds, le sauna, le hammam, l’épilation à la cire chaude et les expositions au soleil.

 

 

Attention aux vêtements !

 

Le Docteur préconise de ne pas porter de vêtements trop serrés, de ceinture ou de gaine.

 

« Il faut éviter les bottes hautes serrant le mollet et préférer des chaussures confortables, sans talons hauts (2 à 3 cm maximum). »

 

 

Et comme pour de nombreuses pathologies, attention à l’alimentation et au surpoids !

 

Il faut adopter une alimentation équilibrée en limitant les aliments qui favorisent la congestion des veines : alcools, épices, café, thé, tabac.

 

 

Des précautions à prendre lors de voyages en avion

 

 

Les voyages aériens peuvent accentuer les troubles de la circulation sanguine essentiellement parce qu’ils impliquent une immobilisation prolongée en position assise.

 

 

En cas d’antécédent veineux ou artériel, il est souhaitable de consulter le médecin avant les déplacements.

 

 

Le Docteur nous indique plusieurs conseils à suivre à bord de l’avion :

 

– Porter des vêtements larges, éviter les gaines, ceintures et bottes,

 

– Bouger les pieds très souvent,

 

– Faire des mouvements de flexion extension des chevilles, ne pas croiser les jambes et marcher régulièrement dans le couloir de l’avion,

 

– Boire abondamment (un litre toutes les 4 heures) car la pressurisation de la cabine entraîne une forte déshydratation,

 

– Éviter de consommer des somnifères.

 

A noter : ces recommandations sont également valables en cas de long trajet en voiture.

 

 

L’automédication est possible en cas de lourdeur de jambe : les conseils du médecin

 

 

Il est possible de prendre des veinotoniques. Il s’agit de médicaments qui augmentent la tonicité des parois des veines pour améliorer la circulation sanguine sur une courte période

 

 

Le Docteur nous indique qu’il en existe deux types :

 

– ceux à base d’extrait végétaux,

 

– ceux fabriqués à partir de molécules de synthèse.

 

Ces traitements peuvent améliorer les symptômes sur des périodes limitées dans le temps.

 

 

Il faut savoir qu’aucune étude n’a démontré leur efficacité pour prévenir l’aggravation d’une maladie veineuse et qu’ils ne remplacent pas l’adoption d’une hygiène de vie adaptée, ni un éventuel traitement basé sur la contention.

 

 

Les véinotoniques ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.

 

 

 

A quel moment consulter le médecin ?

 

 

Pour le Docteur « Si l’état des jambes ne s’améliore pas même après avoir adopté les habitudes indiquées, selon chaque cas, consultez votre médecin de famille. Et si des varices d’au moins 3 mm de diamètres apparaissent. »

En règle générale, les examens complémentaires sont inutiles lorsque l’insuffisance veino-lymphatique débute.

 

En revanche, si l’examen clinique détecte des signes de maladie veineuse plus avancée, il est préférable de consulter un angiologue. C’est votre médecin de famille qui vous indiquera le traitement adéquat et tout spécialiste à consulter.

 

 

Un traitement de base par la contention

 

 

Avec une hygiène de vie adaptée, le port de chaussettes, de bas, de collants de contention est très conseillé. Comme nous l’explique le Docteur : « Cette contention permet de comprimer les jambes contribuant à un bon retour du sang vers le cœur. »

 

 

La contention fait toujours l’objet d’une prescription médicale, laquelle doit être adaptée selon chaque cas. Les médecins s’assurent notamment de l’absence de contre-indication à ce traitement.

 

 

En cas de port de bas ou collant de contention, il est préférable d’appliquer les principes suivants au quotidien :

 

– Enfiler les bas le matin, si possible au lever,

 

– Il est préférable de les mettre sur une peau sèche et de les enlever juste avant le coucher,

 

– La prescription de contention est adaptée ensuite par le pharmacien et selon chaque personne.

– La contention doit bien être étirée sur les jambes de façon homogène et sans pli afin qu’il y ait une forme de compression identique sur toute la longueur des membres.

 

 

 

 

Aussi quels que soient les symptômes, pensez à consulter rapidement votre médecin. Car selon l’association de la maladie veineuse, on note qu’une proportion importante (42%) des actifs ayant des problèmes liés à la maladie veineuse souffrent au travail.

 

 

Pour près d’une personne sur cinq, cette souffrance est telle qu’elle envisage même un changement de travail. Ce chiffre est encore plus important dans le cas des artisans et des commerçants, puisqu’il s’agit d’une personne sur deux !

Prenez soin de vous et rendez-vous pour notre prochaine fiche santé.

 

 

 

É.M.

 

 

fiche sante 1303152

 

 

Photo : magicmaman

 

 

 







Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer