Autres journaux :


samedi 31 décembre 2016 à 06:00

Fiche santé :

Comment se préparer au deuxième tour des fêtes ?



 

 

Pendant les fêtes de fin d’année, il faut bien reconnaître que nos organismes sont mis à rude épreuve : alcool, repas copieux, répétés et longs et souvent peu de sommeil.

 

 

La fréquence des repas copieux est multipliée. On fête le 24, puis le 25 décembre. Si on revient au travail dès le 26, on arrose cela avec les collègues… Et le 31 au soir on remet cela !

 

Alors comment se remettre de nos excès entre les deux tours des festivités ?

 

 

Première question : pourquoi se sent-on si mal au lendemain des fêtes ?

 

 

La fameuse gueule de bois peut en être à l’origine. Vous avez trop abusé de l’alcool. Et pourtant vous avez moins bu que votre voisin ? Nous ne sommes pas égaux en la matière ! Vous avez des nausées, mal au crane ?

 

 

En fait, l’alcool a un effet toxique sur le corps. Absorbé en trop grande quantité, les capacités des enzymes chargées de le dégrader sont dépassées. L’une de ces enzymes diffuse d’ailleurs un produit qui provoque les vomissements par sécrétion de bile gastrique. Ce « trop plein » serait d’autant plus important que l’alcool ingurgité contient du méthanol, bien plus toxique que l’éthanol. Au top 50 des alcools qui donnent la gueule de bois figurent par ordre décroissant  le brandy, le vin rouge, le rhum, le vin blanc, le gin et la vodka. Mais bien sûr, tout est question de proportion et de tolérance de l’organisme selon son sexe ou son origine ethnique. Les Asiatiques, dépourvus d’une enzyme, sont plus vulnérables.

 

 

Comment soigner une gueule de bois ?

 

 

Vous pouvez néanmoins prendre du paracétamol pour diminuer les maux de tête, de préférence à l’aspirine qui peut favoriser de possibles saignements gastriques et aggraver les brûlures d’estomac. Celles-ci seront soulagées à l’aide de médicaments antiacides. Les nausées et vomissements seront combattus avec des médicaments anti-nauséeux.

 

Le plus important est surtout de bien se réhydrater : boire encore et encore de l’EAU ! Et uniquement de l’EAU. Le café certes vous réveillera mais aura tendance à laisser votre bouche pâteuse. Devenez ami avec l’eau pendant quelques jours et en grande quantité. Votre organisme vous en sera extrêmement reconnaissant !

 

 

 

Quelques petits remèdes tout simple pour varier de l’eau !

 

 

La règle numéro 1 lorsque vous venez de passer une soirée un peu trop arrosée est de vous hydrater. Le thé est alors tout indiqué. L’idéal ? Le combiner avec du citron, pour ses vertus digestives et anti-vomissements, et du miel pour aider le corps à métaboliser plus rapidement l’alcool et faire remonter le taux de glucose dans le sang. Sans compter qu’il apaise votre gorge, ce qui peut s’avérer utile si vous avez pris froid… ou chanté un peu trop fort. 

 

 

Les tisanes détox ont le vent en poupe, alors c’est le moment ou jamais de vous y mettre ! Vous pouvez par exemple les trouver en magasin spécialisé, en grande surface et dans certaines pharmacies (rayon parapharmacie). Elle vous aide à éliminer les toxines grâce à de savants mélanges de plantes.

 

Certaines composées de menthe poivrée, d’achillée millefeuille, d’anis vert et de fenouil, vous permettent quant à elle d’améliorer votre digestion si celle-ci est perturbée.

 

Enfin, il existerait des thés anti-gueule de bois, composés de thé noir (pour activer le métabolisme), de Desmodium Fe (un détoxicant du foie) et de différentes plantes connues pour lutter contre les nausées, les maux de tête et les sensations de vertiges.

 

On trouve aussi parmi d’autres solutions préconisées par les uns et les autres : le jus de tomate, le smoothie à la banane, l’eau de coco, manger un bol de muesli, prendre des huiles essentielles à la place des médicaments ou encore marcher et vous reposer.

 

 

Certains préconisent aussi un jeûne de quelques jours ou d’un ou deux repas, de mettre au repos son corps et d’autres encore d’absorber des bouillons de légumes qui ont le bénéfice de vous hydrater sans surcharger votre organisme mis à mal par les repas festifs.

 

 

Et la crise de foie ?

 

 

De quoi parle-t-on ? La « crise de foie », qui est le plus souvent une indigestion, peut se traduire par une panoplie de symptômes inconfortables :

 

 

 

– des brûlures d’estomac et des remontées acides (goût acide dans la bouche)

– des douleurs abdominales
– la sensation d’être ballonné ou d’avoir trop mangé
– des nausées, voire des vomissements.

 

 

 

Lorsque ces symptômes apparaissent après un repas lourd, riche en graisses, en sucres, et amplement arrosé d’alcool, ils reflètent simplement la difficulté de notre organisme à digérer autant de nourriture !

 

À lui seul, l’alcool peut suffire à rendre malade. En irritant le tube digestif, il peut entraîner une diarrhée, des douleurs à l’estomac et, bien sûr, des vomissements.

 

 

Dès que la dyspepsie se fait sentir, plusieurs bonnes habitudes alimentaires peuvent permettre de rétablir les choses rapidement.

 

 

Le fait de manger « léger », en quantité raisonnable, suffit bien souvent à prévenir l’indigestion.

 

 

Si ce n’est pas possible d’éviter le « gros repas de famille », évitez de vous allonger juste après avoir mangé. Il vaut mieux attendre 2 ou 3 heures pour que la digestion ait déjà commencé.

 

Certains aliments et boissons, comme l’alcool, le café, les aliments épicés ou acides, aggravent la dyspepsie. Essayez de repérer les aliments difficiles à digérer et de limiter leur consommation ! Même chose pour les aliments qui fermentent dans les intestins, comme le chou, les légumes secs : mieux vaut les éviter pendant quelques jours.

 

Enfin, pour mieux dormir, surtout en cas de remontées acides (reflux gastro-oesophagien), il est conseillé de relever légèrement la tête du lit pour l’incliner.

 

Si les symptômes sont là, plusieurs plantes, comme l’artichaut, le Chardon-Marie, la menthe poivrée, aident la digestion, en capsules ou en tisanes. Le gingembre, quant à lui, est efficace contre les nausées. En France, le citrate de bétaïne, notamment, est un fidèle compagnon des repas trop copieux.

 

 

Pour faire passer plus rapidement une crise de foie, il est primordial de s’hydrater.

 

Buvez beaucoup d’eau minérale et n’hésitez pas à consommer de l’eau par tous les moyens possible : bouillons ; potages et soupes de légumes maison (source de fibres) ; tisanes, notamment de menthe (pour ses vertus digestives).

 

 

Plus encore que le reste du temps, vous devez adopter une hygiène de vie correcte pour une durée d’au moins 24 à 48 heures :

 

 

Ne buvez pas d’alcool.
Ne consommez pas de tabac.
Ne consommez pas de café.

 

 

Il est préconisé de mettre une bouillotte chaude sur la région du foie (en haut et à droite du nombril) pendant une vingtaine de minutes.

 

 

Dès que vous vous sentirez un peu mieux, reprenez une activité physique, cela vous aidera à éliminer les toxines.

 

 

Dès que possible, choisissez des aliments adaptés pour soulager rapidement votre foie : artichauts (crus aussi bien que cuits) ; radis noirs (crus avec un peu de sel) ; asperges ; pissenlits en salade ; chicorée (certains produits vendus pour le petit déjeuner se composent presque exclusivement de chicorée, choisissez ceux qui contiennent le moins de café possible) ; jus de citron bio fraîchement pressé avec un demi-verre d’eau tiédie (pas au micro-ondes) et sans sucre ; thym et romarin dans vos plats pour faciliter la digestion.

 

 

 

Et après les fêtes, drainez votre foie ! Il vous en remerciera !

 

 

Pour favoriser le drainage hépatique, vous pouvez faire des infusions de ményanthe, des tisanes à base de feuilles de boldo séchées par exemple.
L’homéopathie, les plantes, la phytothérapie ou encore les huiles essentielles peuvent aussi vous soulager. Demandez conseil à des spécialistes.

 

 

 

Des petits trucs pour le prochain repas copieux

 

 

Dans quelques jours, on remet le couvert. Vous vous êtes remis d’aplomb. Et il va falloir y retourner. Parmi les trucs pour faire du bien à votre foie, buvez un jus de citron ou de pamplemousse frais et à jeun le matin. D’autres préconisent de prendre deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre avant de profiter de votre soirée, de mâcher à l’apéritif deux ou trois baies de cardamome, de commencer le repas en mâchant deux ou trois feuilles de basilic frais bien lavées.

 

 

Et pour réduire l’acidité d’un repas en sauce, ajoutez une ou deux pincées de bicarbonate de soude pendant la cuisson de vos sauces, coulis ou confitures d’airelles.

 

 

Au cours de la soirée buvez de l’eau, mangez en quantité raisonnable. Vous aurez sans doute le lendemain à assurer !

 

 

Prenez le temps de manger. Si vous le pouvez, allez vous promener entre les plats ou sortez de table pour bouger un peu. Prévoyez des animations dans la soirée, vous permettant de mettre au repos votre système digestif pendant quelques heures ! C’est d’autant plus pertinent si vous souhaitez tenir au-delà de minuit !

 

 

Si vous avez d’autres trucs, partagez, commentez !

 

 

Et nos meilleurs vœux pour ces fêtes de fin d’année.

 

A l’année prochaine pour notre prochaine fiche santé ! D’ici là, portez-vous bien !

 

 

 

EM

 

sante-3112162

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer