Autres journaux :

jeudi 22 mars 2018 à 08:45

Portrait

Les deux passions de Sœur Blandine-Marie



Elle a un sourire éclatant, solaire, a 39 ans et elle est, de son métier, professeure de danse. Mais si de Blandine Barthélémy, on ne connait pratiquement rien, il n’en est pas de même de Sœur Blandine-Marie.

Qui est la même personne ! Et qui avoue deux passions : sa rencontre avec Jésus et la danse !

Née Blandine Barthélémy puis devenue Sœur Blandine-Marie, la jeune femme est une religieuse, qui travaille actuellement comme animatrice pastorale au collège Saint-Gilbert de Montceau. Née à Paris, elle a fait le Conservatoire de danse classique, puis de danses contemporaines, et enfin de jazz.

A 22 ans, munie de son diplôme de professeur de danse, elle intègre de petites compagnies, avant d’enseigner dans la région parisienne.

Mais, parallèlement à cette passion pour la danse, la jeune Blandine nourrit une autre passion : celle de Jésus. Issue d’une famille croyante, lors de son baptême, à l’âge de 10 ans, l’adolescente sent qu’il se passe quelque chose qu’elle doit approfondir.

Un prêtre, celui qui l’a baptisée, lui dit alors : « S’ouvre à toi le chemin de la vie. Tu pourras te marier, avoir des enfants ou…devenir religieuse ».
Et l’idée a fait son chemin, durant de longues années… Neuf, en fait ! « Le temps de discerner si le désir qui m’habitait était bien une réponse à l’appel du Seigneur » livre Sœur Blandine-Marie.

En attendant, elle fait beaucoup de scoutisme et fréquente un monastère. Deux amies sont au courant, mais elle n’en a encore pas parlé à ses parents…

A 16 ans, Blandine part en camp en Pologne et la première semaine, elle découvre le pays et ses associations. Dans la seconde partie de ce séjour, elle emmène en vacances des enfants âgés de 6 à 12 ans. Ils sont dans une maison d’enfants tenue par une congrégation religieuse.

A la fin de ce séjour, Blandine pose moult questions à la Sœur de Saint Joseph de Cluny. Celle-ci lui propose de la revoir à Paris quinze jours plus tard et la met en lien avec une autre religieuse. Et cette dernière lui donne un bon conseil : « Passe d’abord ton bac ! ».

Et durant toutes les années passées au lycée, Blandine rencontre la Sœur régulièrement et découvre la vie religieuse. Après le bac et le diplôme du Conservatoire, Blandine saute le pas : elle a 24 ans et se met un an en disponibilité.

Mais avant de devenir Sœur Blandine-Marie, les étapes ont été longues et nombreuses pour la jeune femme.

La première étape est le temps du postulat, celle où on garde son activité professionnelle. Blandine part à Cléguérec en Bretagne, dans un centre spirituel. Elle y partage la vie en communauté et retrouve un poste en qualité de professeur de danse dans une association.

Elle intervient en milieu scolaire et prépare avec les élèves leur spectacle de fin d’année. A ce moment-là, Blandine a le choix du costume : civil ou religieux.

Sœur Blandine Marie explique qu’en religion, il existe deux grandes branches : les religieux contemplatifs qui vivent cloitrés dans les monastères et cette façon de vivre représente leur engagement. Et la branche apostolique où les religieux sont insérés dans la société, y travaillent et sont habillés en civil.

Après le postulat, Blandine Marie demande à entrer à l’école des Sœurs. C’est alors le temps du noviciat. On ne travaille plus, car c’est un temps d’étude où l’on découvre la Congrégation.

Pendant la seconde année, les aspirantes religieuses effectuent des stages dans les autres communautés. Blandine part en Alsace, dans un lycée professionnel, pendant deux mois.

Revenue en Bourgogne, elle passe deux autres mois dans une maison de Sœurs Aînées (Blandine est la plus jeune Sœur de France dans cette congrégation).

Par ailleurs, si les parents de la jeune femme l’ont suivie à 100% lorsqu’elle a fait ses études de danse, autant il y a eu un très grand silence lorsqu’elle leur a annoncé qu’elle souhaitait s’engager dans la religion. Finalement, ses parents, qui ne voulaient que son bonheur, ont accepté son choix.

D’ailleurs, au moment de ses premiers vœux, le papa de Blandine Marie prononce les mots qu’elle attendait : « Tu as fait le bon choix… ».

Côté famille, Blandine a une sœur qui est mariée et qui a des enfants. « La question des enfants s’est posée pour moi… » avoue la jeune religieuse. Mais l’amour de Jésus a été le plus fort… 

Et puis, de 2009 à 2012, elle part au Sénégal où durant 9 mois, elle travaille dans un dispensaire, en brousse, à Baback. Avant d’aller à Dakar, dans un collège, en animation pastorale.

Elle prend alors contact avec une Congrégation, s’attache à connaitre les autres religieuses et cela confirme que la vie en communauté est possible, et que cela correspond pour elle, à l’appel du Seigneur. Après un temps de pré-noviciat, de noviciat, Sœur Blandine-Marie prononce ses vœux définitifs en 2011 et ses vœux perpétuels le 11 novembre 2013, à Notre-Dame à Montceau.

Entre-temps, Sœur Blandine Marie intègre le collège Saint-Gilbert, en septembre 2012, en qualité d’animatrice pastorale. Mais la religieuse n’a pas oublié sa première passion, puisqu’elle danse régulièrement à l’école de danse de Marina Aupècle (une jeune brésilienne) à Blanzy.

Et ses élèves sont très heureux d’avoir à la fois une oreille qui les écoute, les rassure et les fait grandir, mais aussi une jeune religieuse moderne, ouverte aux autres et tellement lumineuse que pour son entourage, elle est un cadeau de la vie…

blandine 2203188

blandine 22031817

blandine 22031819

blandine 2203182

blandine 2203184

blandine 2203185

blandine 2203186

blandine 2203187

blandine 2203189

blandine 22031810

blandine 22031811

blandine 22031812

blandine 22031813

blandine 22031814

blandine 22031815

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer