Autres journaux :

mardi 21 mai 2019 à 11:15

Nouveau « registre » pour Victoria Guilloux (voir ce court-métrage)

... de la chanson au cinéma !



film 2105196




Elle est l’une des héroïnes de « Par un regard » du premier court-métrage d’un jeune Digoinais qui promet !

Théodore Tomasz a présenté son court-métrage « Par un regard » au cinéma Majestic à Digoin, il y a quelques jours !

Un court-métrage, dénonçant l’homophobie, qu’il a tournée en partie à la cité scolaire de sa ville d’origine, aux côtés du réalisateur Lucas Dubessy. Servi uniquement par de très jeunes acteurs ce film, empreint d’une très grande sensibilité et d’une très grande pudeur, est une ode au respect du droit à  la différence, à la tolérance… « Je parle d’amour... »  dit l’un des acteurs dans ce film. « Mais la société n’est pas encore prête.. » ajoute un autre… 

« L’homophobie n’est pas une opinion, elle est juste pure bêtise et n’a pas lieu d’être. » Cette phrase résume assez bien l’esprit de ce court qui parle autant d’homosexualité masculine que féminine ! Un film mis en ligne sur Youtube,  le vendredi 17 mai (journée internationale contre l’homophobie)

L’histoire : « Quand Tom se rend compte qu’il est tombé amoureux d’un garçon, Bastien, sa vie bascule : le monde hostile du lycée qui l’entoure lui fait vite comprendre qu’il n’aura pas une vie lycéenne aussi belle qu’il l’espère. Gaëlle, lycéenne également, est secrètement en couple avec Lola, mais quand toutes deux décident de l’annoncer à leurs parents, la vie de l’une d’entre elles est chamboulée…« 

Un film écrit, produit et co-réalisé : Théodore Tomasz.

Réalisé par : Lucas Dubessy.

Avec : Enzo Tomasini, Apolline Maillard, Bruno Ribuot-Hirsch, Ethan Berrebi et Victoria Guilloux.

Joint par téléphone Théodore Tomasz nous a donné des infos très précieuses tant sur son parcours que sur des projets.

*

« J’ai 18 ans mais je ne suis plus étudiant et, après du marketing digitale, j’ai eu envie de passer à autre chose. Je suis dans une famille d’artistes et de créateurs (musique, écriture…) et c’est en janvier dernier que j’ai décidé de faire ce court-métrage. J’ai écrit le scénario en trois jours… C’est un sujet qui me tenait à coeur et les dernières statistiques sur les actes homophobes m’ont horrifié… Certains disent « faites l’amour pas la guerre » mais moi je dis « Pourquoi faire la guerre à l’amour ? Durant mes études on m’a dit, alors que j’annonçais mon envie de travailler dans le cinéma : c’est pas pour vous, c’est pour une élite ! Mais mois je dis : quelle élite ? Aujourd’hui, je suis bien décidé à poursuivre dans cette voie et à vivre de la création… de mes créations… »

Victoria Guilloux, notre chanteuse qui « commence à faire son chemin », va-t’elle  entamer une carrière dans le cinéma ? Elle en a l’étoffe mais la scène reste encore  sa priorité et a de nombreux projets de scènes…

Nous conclurons en soulignant l’excellent travail de  la soeur de Théodore : Juliette. une jeune artiste qui a signé le texte de la chanson du générique de fin.  Texte magnifique et intitulé « On est bien » et que l »on vous propose de découvrir ci-dessous.

Dernier commentaire de Théodore sur cette chanson et cette musique qui accompagne la scène finale : « Mathieu Dumont, le copain de ma soeur, a écrit une musique qui permet à tout un chacun de s’identifier… »

Annabelle Berthier

film 2105192

film 2105193

film 2105194

film 2105195

film 2105197


.



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer