Autres journaux :


mardi 7 août 2012 à 01:27

Mâcon, ville fleurie

Visite guidée avec le jury départemental



 

 

Une visite Quatre fleurs

 

 

Pendant trois semaines, du 12 juillet au 2 août, le jury départemental des Villes et villages fleuris a sillonné la Saône-et-Loire pour visiter les aménagements et le fleurissement. Sa tournée s’est achevée par les deux seules villes quatre fleurs du département : Mâcon et Paray-le-Monial.

Macon-news a suivi la visite guidée de la citée lamartinienne en compagnie du jury, avec les explications passionnées de Pierre-Jean Carpentiero, responsable de la production végétale et grand maître d’œuvre du fleurissement mâconnais…

C’est parti pour 2 h 30 à travers la ville fleurie Quatre fleurs et Fleur d’or 2010. Des giratoires aux carrefours, des parcs à l’arboretum, de l’esplanade au centre-ville…

 

 

 

 

 

Mâcon Ville fleurie Quatre fleurs et Fleur d’Or 2010 a aussi obtenu le grand prix

du fleurissement depuis 1989 et le prix européen en 1995.

90 agents (45 pour les espaces verts, 14 en production, 10 aux sports et jeux,

21 au nettoiement) travaillent au service cadre de vie.

« Tout est réalisé en régie, on est ainsi plus attentif au détail ».

 

 

 

 

 

Début de la visite place Saint-Pierre qui a été réaménagée ces derniers mois pour redonner l’espace public aux piétons. Le jury, composé de François Casseville, directeur de la régie d’exploitation à Montceau-les-Mines, François Pelletier, responsable d’exploitation du LPA Tournus, Charlotte Ferrero, stagiaire à l’ADT 71 et Nathalie Bonnetain, chargé du label à l’ADT 71, s’est attardé devant les jardinières.

Il y en a plus de 400 en ville, dont l’arrosage se fait à cheval. Les modèles des jardinières sont dessinés puis créés par les services. « On essaie d’avoir une unité complète sur les modèles du centre-ville », explique Pierre-Jean Carpentiero qui leur a également présenté le futur jardin de la roseraie autour de l’église.

 

 

 

 

 

 

 

Direction ensuite le bord de Saône et le giratoire du 28 juin 1944, aménagé récemment. Sur place des massifs de vivaces et de fleurs annuelles, des sculptures (faits spécialement pour la ville) sur le rond-point. Le thème de ces décoration : les oiseaux de sol. « Sur le Nord de la ville, on a fait en sorte que le fleurissement soit horizontale pour que les gens qui arrivent par l’entrée Nord voit le prolongement. On a la change d’avoir un beau paysage. le fleurissement, lui, est tourné vers les rues du centre-ville et non sur l’axe. On a ainsi une impression de continuité globale en sortant de la ville avec une vue sur la Saône. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En longeant la RN6, Pierre-Jean Carpentiero explique que la ville a choisi de remplacer les pots de fleurs centraux depuis quelques années par des bandes de gazon. « C’était trop dangereux pour le personnel et puis les massifs sont beaucoup plus faciles à entretenir. »

On remarque que les espaces verts sont omniprésents au Nord puisque la zone est peu urbanisée. Le parc Nord est un des espaces verts le plus grand. La ville a choisi de l’entretenir par une gestion extensive : « On le tond moins. L’herbe qui pousse est moins gênante. Au printemps, on a, par exemple, tout le parc en pissenlit, ce qui donne quelque chose d’exceptionnel. C’est une zone semi-naturelle, à quinze minutes à pied seulement du centre-ville, dans laquelle on trouve 120 essences d’arbres. On a la chance d’avoir une pépinière de 3,5 hectares qui nous permet d’essayer pas mal de choses. Le lilas afghan, par exemple, est assez rare, mais, à Mâcon, on en a plus de 300. »

Le giratoire des Marseillais avec 2 500 végétaux et le rond point Alcázar de San Juan sont également aménagés, plus artistiquement peut-être.

 

 

 

 

À Marbé, la ville a souhaité redonner de l’espace aux habitants du quartier avec des jardins ouvriers. Le réaménagement a été réalisé en cinq tranches. Cinq immeubles ont déjà été abattus, l’objectif étant de créer une coulée verte jusqu’au centre-ville.

Un plateau de jeux a également été installé.

 

 

 

 

Les jardins de Marbé, de 60 à 80 m2, sont réservés aux habitants. Cette réalisation assez exemplaire n’est pas unique puisque le  quartier des Saugeraies aura également ses jardins. Une parcelle est également réservée aux enfants et aux écoles avec même une maison des insectes. Le fleurissement se décline lui à partir de plantes vivaces et d’arbustes à fleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dernier sera démoli en 2013 ce qui permettra la véritable connexion avec le centre-ville.

 

 

 

 

Après un détour par le vallon des Rigolettes, une coulée verte de 4 hectares à quelques pas du centre-ville dans laquelle on trouve 130 variétés d’arbres, une collection de conifères et 200 d’arbustes, plantés par ordre alphabétique et étiquetés par les habitants du quartier, direction Flacé et l’arboretum

L’occasion pendant le trajet de parler environnement : on apprend ainsi que les gazons sont scarifiés et non plus désherbés, les pelouses sont tondues deux fois par an, que la ville utilise des coccinelles pour lutter contre les pucerons, place Gardon notamment, que la ville est entrée dans une démarche pour classer la gestion des services en ISO 14001. Tout le centre ancien devrait devenir phyto zéro c’est-à-dire très peu de désherbage thermique, une personne en insertion désherbe tout à la main, le matériel de nettoiement sera tout électrique. « Le classement est bien en route et devrait être effectif dès l’année prochaine. »

 

 

 

L’arboretum s’étend sur un terrain de 6 ha : « Nous avons décidé d’y mettre des plantes et des essences qu’on n’a plus l’habitude de voir, des espèces bourguignonnes rares. L’arboretum est naissant en jeunes plants, nous voulons que le bocage s’installe petit à petit. »
Cinq mares vont récupérer les eaux, par la suite le rôle de ces mares dans la biodiversité sera expliquée. Les promeneurs pourront se balader directement dans l’herbe, sans allée, il y a aussi des tables de pique-nique à disposition.
Un autre projet  de ce genre va prendre forme du côté de Loché, on ne sera plus dans le bocage, mais dans le côté nature. L‘opération dans la ZAC de Bioux avec un parc central aura plutôt un air de campagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À la gare, au jardin Pierre Semard, une mosaïque de 12 x 8 m rassemble plus de 10 000 plantes et fleurs, taillées toutes les trois semaines. « On souhaite que les gens sentent qu’ils arrivent dans une ville fleurie dès qu’il entrent à Mâcon de n’importe quel côté ! »

Chaque année, le dessin de la gare est différent. Cette année, le Tour de France est bien évidemment à l’honneur.

 

 

 

 

 

 

La ville s’est également réappropriée les bords de Saône, du côté du Pont Sud par exemple. En sortant du parking, on entre dans un grand jardin bucolique avec des roseaux, douze bambous (à 1 200 euros l’unité)…

 

 

 

 

 

 

 

Le rond point de la 1re armée est le rond point emblématique de Mâcon ville fleurie, « c’est là que nous mettons tout notre savoir-faire. C’est d’ailleurs notre préféré ! »

L’aménagement des ronds-points est différent au Sud et au Nord : au Sud, il est plus verticale, au Nord, le paysage étant plus beau, l’aménagement paysager est horizontale pour avoir une perspective direct sur la ville.
Le rond point de l’Europe est lui plus exotique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les bords de Saône, le jardin romantique a cinq ans. Le thème du romantisme est décliné par les couleurs : le blanc pour l’innocence, le rouge pour la passion, le déclin et la mort sont également représentés.

C’est là aussi que l’on trouve la rose Mâcon rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

À savoir aussi…

 

 

Le service Cadre de Vie intervient sur prés de 576 hectares

– 228 ha d’espaces verts urbains

– 6 000 m2 de massifs fleuris
– 1 000 jardinières et bacs hors-sol

– 6,5 ha de cimetière

– 300 ha d’espaces forestiers

– 4 ha de pépinières

– 32 ha de terrains de sport et équipements de plein air

– 1 arboretum

– 220 000 plantes en culture

– 300 décors temporaires annuels, 2 100 heures, 6 000 végétaux

 

 

Quatre saisons = quatre décors

– Fleurissement printemps :

30 800 bulbes : narcisses, jonquilles, tulipes…
62 000 bisannuelles : pensées, viola cornita, santolines, giroflées, myosotis, cinéraires…

– Fleurissement été :

121 229 plants dont 150 variétés de plantes annuelles : Geranium, bégonia, canna, impatiens, zinnia, salvia, amaranthe, pétunia, verveine, muflier, cosmos, lavatère, œillet d’Inde, tabac, ipomée, …

– Fleurissement automne :

3 500 cyclamens, 3 000 chrysanthèmes, 200 choux d’ornement, 200 santolines, 200 cinéraires,100 myrtes, 300 véroniques, 60 000 pensées, 3 000 primevères.

– Décorations de Noël

Dans le cadre des « Contes et Lumières », sur le thème « Gourmandises » (édition 2012).

 

 

La gestion environnementale

– Création d’un arboretum d’espèces bourguignonnes rares à Flacé et d’un verger conservant 150 espèces rares et anciennes d’arbres fruitiers dans le parc du château d’Azé.

– Installation de maisons des insectes à divers endroits de la ville pour favoriser la biodiversité.

– Entretien différencié des espaces verts.

– Réduction des quantités de désherbant (de 14 L de matière active /ha dans les années 80 à 2 L/ha en 2011).

– Désherbage manuel et thermique au centre ville, zone « zéro-phyto ».

– Évolution du fleurissement pour une diminution des énergies (palette végétale privilégiant des plantes demandant moins d’eau et moins de chaleur pour leur production).

– Lutte intégrée au sein des serres (3 millions d’auxiliaires de culture libérés chaque année) et utilisation de pièges sexuels sur certains sites de la ville.

– Gestion de l’eau d’arrosage et réhabilitation de puits de captage.

– Utilisation d’un cheval et son attelage pour la collecte des déchets des corbeilles papier et l’arrosage des jardinières.

– Gestion des ressources d’eau de pluie au sein des serres municipales. • 3 stations de mesures de pollution atmosphérique.
– Tri sélectif sur toute la commune.
– Traitement des sables de balayage en station.

– Suppression de 150 panneaux publicitaires 4×3 sur l’ensemble de la ville depuis 2001. • Enfouissement des réseaux d’éclairage public.

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer