Autres journaux :

lundi 8 octobre 2012 à 14:20

À la Scène nationale de Mâcon

La convention d’objectifs 2012 -2015 est signée



 

Le contrat d’objectif lie la Scène nationale, l’État et la Camval, autour d’un cahier des charges précis.

La Camval finance à hauteur de 624 000 €, l’État 530 000 €, la Région 120 000 € et le Département 65 000 €. La Ville de Mâcon met, elle, à disposition le théâtre ce qui équivaut à une contribution de 255 000 €.

Si le travail, autour de cette convention, a été long, pour le préfet, François Philizot, reconnait que « ces deux années ont permis de se donner de la visibilité sous le signe du mouvement et de l’ouverture. Le chemin est aujourd’hui balisé pour cinq ans. c’est un véritable œuvre collective. »

 

Dans le cadre de ce contrat d’objectif pluriannuel, la Scène nationale et sa directrice Laurence Terk veillent à proposer une programmation pluridisciplinaire dans tous les champs du spectacle vivant, en théâtre, mais aussi en danse, en cirque, en musique, voire en marionnettes, en magie et en vidéo…
Plus spécifiquement, la Scène nationale marque son originalité grâce à une spécialisation dans les arts du mouvement, à savoir en danse et en cirque. Le plateau de la Scène nationale, qui est l’un des plus grand de France, ainsi que les studios du Conservatoire à Rayonnement Départemental, favorisent cette originalité.

 

La Scène nationale poursuit également une attention soutenue à la musique que ce soit grâce à une collaboration renouvelée avec l’Orchestre de Mâcon ou une initiation conséquente à la musique contemporaine.
Pour finir, un travail sur le répertoire est réalisé en théâtre : théâtre classique français et étranger, œuvres du XXe siècle mais aussi théâtre contemporain ouvert sur de nouvelles formes comme le théâtre d’objet, pour faire découvrir un large panel des propositions dramaturgiques réalisées de nos jours.

La Scène nationale soutient la création contemporaine par l’accueil de compagnies en résidence, une aide matérielle indispensable à la création artistique. L’accueil de la première de spectacles, en primeur, avant toute représentation en région parisienne, est une action hautement symbolique pour la diffusion du spectacle vivant. Les coproductions, sous forme d’apport financier permettent à la création artistique de perdurer et de se développer.

 

L’action culturelle est aussi une action fondamentale de la Scène nationale sous différentes formes. Grâce à des ateliers de pratique artistique, des conférences, des rencontres avec les équipes artistiques, tout est mis en place pour arriver à toucher un public hétérogène. Les actions sur le territoire par le biais de partenariats avec des acteurs culturels locaux, ou l’organisation de manifestations décentralisées, permettent de développer et de renouveler les publics.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer