Autres journaux :


jeudi 2 août 2012 à 18:40

Charnay-lès-Mâcon

Le jury départemental des villes et villages fleuris en visite



 

La Ville de Charnay-lès-Mâcon, labellisée trois fleurs depuis l’an dernier, a reçu le jury départemental des Villes et villages fleuris mercredi en fin de journée. Une visite de contrôle d’une heure au cours de laquelle les élus et responsables espaces verts ont présenté leur travail… et les membres du jury distillé de précieux conseils.

 

 

 

 

 

Le Conseil général de Saône-et-Loire délègue chaque année à l’Agence de développement touristique et de promotion l’organisation du label Ville et villages fleuris. Créé par le Conseil national pour le fleurissement de la France pour récompenser les efforts de fleurissement menés par les collectivités locales, le concours a aujourd’hui pour vocation de promouvoir et d’encourager toute actions en faveur du développement des espaces verts et de l’amélioration du cadre de vie. D’ailleurs, le fleurissement n’intervient que dans 30 % de la note.

 

Ce label attribue de 1 à 4 fleurs, représentées par une signalétique spécifique représentée à l’entrée de la commune. National, gratuit et ouvert à toutes les communes, ce label se déroule à trois échelons :

– le jury départemental organise les visites, recueille les candidatures des communes et sélectionne celle susceptible d’être primées au niveau régional et donne ses résultats pour une attribution  l’année suivante.

– le jury régional attribue la première, la deuxième et la troisième fleur et sélectionne les communes qui pourront concourrir à la quatrième fleur.

– le jury national attribue la quatrième fleur et passe tous les trois ans contrôler les villes et villages.

 

Mercredi soir, quatre membres du jury départemental, composé de bénévoles représentantes du secteur public et des secteurs professionnels de l’horticulture et du paysage, se sont déplacés à Charnay-lès-Mâcon. Gérard Adoir, technicien Espace Verts à la ville de Mâcon, Martine Collin, directrice du service cadre de vie à Paray-le-Monial, Isabelle Fleury, horticultrice, et Nathalie Bonnetain, chargé du label ADT71, ont ainsi (re)découvert les différents aménagements de la ville, au cours d’une visite guidée par les services en voiture.  Au programme : quelques arrêts dans les quartiers et des explications sur la politique du service espaces verts.

 

Charnay-lès-Mâcon c’est 42 hectares d’espaces verts, 500 m2 de service de production et d’hivernage des plantes, 25 zones fleuries, une quarantaine de massifs, une cinquantaine de vasques bacs et quelque 70 jardinières. Six personnes travaillent à temps plein sur le fleurissement et l’entretien des espaces verts (tonte, taille, élagage…). Trois à quatre personnes viennent compléter l’effectif en saison.

Toute l’équipe travaille à une économie d’eau avec 95 % d’installation pour un arrosage au compte-goutte. Et pour les 5 %, la ville dispose d’un récupérateur d’eaux de pluie. Côté environnemental, les déchets verts sont broyés et les services essaient d’arriver à une logique de traitement phytosanitaire raisonnée pour le désherbage. « Il est quand même difficile de faire comprendre à la population qu’on ne peut plus faire sans herbe. Il faut l’accepter et savoir la gérer », constatent les agents des espaces verts.

 

Chaque année, la Ville choisit un thème pour son fleurissement. En cette année olympique, Charnay a logiquement opté pour le sport. Un thème d’autant plus adapté que la ville a obtenu un label ville sportive dans sa catégorie l’an dernier. Les massifs ont donc été aménagés et décorés avec des ballons et autres matériels de sport. Il s’agit au minimum d’objets de récupération.

 

Le jury, qui s’est réuni juste après la visite pour faire le point et établir sa notation selon la nouvelle grille (patrimoine paysager et végétal, cadre de vie et développement durable, animation et valorisation touristique), rendra sa décision vendredi après-midi et la transmettra au jury régional, qui sera lui en visite en Saône-et-Loire du 28 au 30 août.

S’il ne peut pas déclasser une ville qui vient de se voir attribuer une fleur, le jury peut en revanche lui donner quelques conseils ainsi que des recommandations pour éviter qu’elle perde son label l’année prochaine « Nous ne sommes pas là pour sanctionner, mais pour constater et permettre les réajustements quand s’ils sont nécessaires, mais il est vrai qu’il y a un écart important en ce qui concerne les attentes entre deux fleurs et trois fleurs. Nous sommes donc plus exigeants », explique ainsi le jury.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer