Autres journaux :


samedi 11 août 2012 à 10:57

Concert gratuit sur l’esplanade

Succès pour le dernier concert de l'Été frappé 2012



 

Près de 8 000 personnes pour applaudir Philippe Lavil

 

 

Il y avait ce vendredi soir comme un air de fête antillaise sur les bords de Saône à l’occasion du dernier concert de l’Été frappé…

 

 

 

 

 

 

Certains sont arrivés plus de trois heures avant les premières notes. Dès 18 h 30, ils sont assis là, sur leurs chaises de camping, bob ou casquette bien vissé sur la tête, de la lecture ou un verre d’eau à la main, en plein soleil. Ils ne veulent rien rater et sont aux premières loges…


Devant la scène installée sur l’esplanade, il y a comme un air de plage aux premiers rangs. Il ne manque que le sable chaud, la végétation tropicale et le bruit des vagues… Mais les Antilles, elles, ne sont pas loin ! Philippe Lavil, invité du dernier concert de l’Été frappé, a égayé Mâcon de ses rythmes ensoleillés…

 

Les premiers accords donnent le ton… C’est parti pour une heure et demie d’exotisme. Sur la scène, Philippe Lavil enchaîne ses plus grands tubes et ses succès plus récents. Le public l’accompagne et voyage sous les tropiques…  Le chanteur, lui, montre qu’il sait encore bouger !

 

« Il tape sur des bambous », « Elle préfère l’amour en mer », « Jamaïcaine », « Si Marianne était black »… L’esplanade aime le zouk et la musique antillaise. Et le fait savoir. Les quelque 8 000 personnes présentes reprennent les refrains en chœur, applaudissent et se déhanchent même.

 

Philippe Lavil est aussi venu avec son répertoire plus personnel, plus intimiste « De Bretagne ou d’ailleurs » ou « Y’a plus d’hiver »… Il fait également découvrir les titres de son dernier album « La Part des Anges » et sa chanson éponyme : « Je suis ici parce que je me suis fait connaître il y a trente ans avec un tube. Aujourd’hui, avec cette chanson, on est reparti pour trente ans ! »

C’est tout ce que le public lui souhaite. Ce public qui était encore bien présent (après les 6 000 personnes venues voir Irma il y a quinze jours) démontrant une nouvelle fois que la ville de Mâcon a réuni son pari avec un festival gratuit !

 

 

Texte et photos : Delphine CRESSON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer