Autres journaux :

vendredi 22 mai 2020 à 10:02

En avant la musique… Des vinyles en liberté !

Un abécédaire en musique : la lettre «M»  



En avant la musique…  Des vinyles en liberté !



 

Une lettre par jour, à chaque jour sa lettre, …. à chaque jour son lot de musiques…

L’abécédaire est lancé tel un vaisseau fougueux… Plus rien ne s’oppose à ce qu’il prenne sa vitesse de croisière !

 

La lettre « M » étant bien fournie, on fera sur deux jours…

 

Le menu du jour : Bob Marley, Isabelle Mayereau, Pat Metheny, Jeanne Mas, Frederic Mey, Madness et John Mayall

 

 

→ M comme «Bob Marley  » ,

Bob Marley, né Robert Nesta Marley le 6 février 1945 et mort à trente-six ans d’un cancer généralisé le 11 mai 1981 à Miami, est un auteur, compositeur, interprète, chanteur et musicien jamaïcain : il reste  le musicien le plus connu du reggae, tout en étant considéré comme celui qui a permis à la musique jamaïcaine et au mouvement rastafari de connaître une audience planétaire. Il a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde.

 

Bob Marley commence sa carrière musicale en 1962.

En 1963, il forme avec Neville O’Reilly Livingston (plus tard Bunny Wailer) et Wynston Hubert McIntosh (plus tard Peter Tosh) un trio vocal « les Wailing Wailers » qui deviendra « The Wailers ». C’est avec « Simmer Down », en 1964 que The Wailers rencontreront leur premier vrai succès local en Jamaïque. Beaucoup d’autres suivront jusqu’à 1968…

Entre-temps, Bob Marley est devenu rasta à partir de 1966, sous l’influence de personnages importants du mouvement rastafari, alors en plein essor en Jamaïque.

 

Entre 1968 et 1971, les Wailers sortiront quatre albums. En 73, sortie de  «Catch a fire », puis « Burnin‘ ». À l’issue de la tournée anglaise de Burnin’ Tour 1973, Bunny Livingston, puis Peter McIntosh quittent le groupe fin 1973.

 

Bob Marley, désormais en solo, peut compter sur une remarquable section rythmique composée par Aston « Family » Man Barrett (basse) et Carlton « Carly » Barrett (batterie) pour s’affirmer sous le nom de Bob Marley & the Wailers.

 

En 1974, sort l’album « Natty Dread » qui marquera le début du succès mondial, notamment sous l’impulsion de la reprise du titre « I shot the Sheriff » par  Eric Clapton. Puis en 1976, l’album « Rastaman Vibration » fait définitivement de Bob Marley une star mondiale et le plus grand porte-parole du Reggae.

Quelques mois après la sortie de cet album, Bob Marley est victime en décembre 1976, d’une tentative d’assassinat à Kingston : il s’installe à Londres.

C’est durant cet exil qui durera jusqu’à mi 1978  que sort l’album « Exodus » (1977).

En mai 1977, les premiers ennuis de santé apparaissent.

En 1978, sort l’album « Kaya », puis « Survival » en 1979 qui est considéré par nombre de spécialistes musicaux comme son album le plus abouti. Bob Marley fera plusieurs voyages en Afrique et donnera quelques concerts sur ce continent, notamment à l’occasion de l’indépendance du Zimbabwe en 1980.

Début 1980 sort l’album « Uprising »  et c’est au cours de la tournée mondiale Uprising Tour que Bob Marley au cours d’une escale à Miami que Bob Marley meurt le 11 mai  1981, à l’âge de trente-six ans.

Bob Marley devient une icône du mouvement rastafari. Il est également considéré comme un symbole mondial de la culture et de l’identité jamaïcaine, tout en plaidant également pour le panafricanime et le tiers monde.

 

°°°«Uprising »

« Uprising » est le huitième et dernier album de Bob Marley and the Wailers, sorti en  1980. Cet album constitue la deuxième partie de la trilogie voulue par Bob, mais qu’il n’eut pas le temps de terminer. Il aborde des thèmes plus intimes que « Survival ». Cet album fit d’excellentes ventes, notamment grâce au succès du single « Could You Be Loved ».

Il s’achève sur « Redemption Song », chanson acoustique et prémonitoire.

 

Uprising Live :  https://www.arte.tv/fr/videos/059572-000-A/bob-marley-uprising-live/

« Could You Be Love » : https://www.youtube.com/watch?v=uf9DjrIEEwc

https://www.youtube.com/watch?v=YEt5glhR-aU

 

°°°«Early Music », compilation, 1977

https://www.allformusic.fr/bob-marley-the-wailers/early-music-compil

 

→ M comme «Isabelle Mayereau »

Née à Bordeaux le 3 mai 1947, dans un milieu bourgeois, elle apprend la guitare à l’adolescence avec un professeur espagnol qui lui fait connaître Paco Ibanez et Georges Brassens.

Après son bac, elle devient styliste de mode tout en continuant à écrire et composer des chansons qu’elle souhaite donner à d’autres interprètes. Cependant ses proches réussissent à la convaincre de les enregistrer elle-même.

 

Ainsi, en 1977, elle enregistre un premier 33 tours, dont elle écrit et compose toutes les chansons. En 1978, elle remporte le premier prix du festival international de la chanson française de Spa avec le titre « Tu m’écris» qui figure sur l’album « Souffle en l’air ».

En 1979, elle est la « baleine de parapluie » dans la comédie musicale «Emilie Jolie » de Philippe Chatel. La même année, elle obtient un vrai succès au printemps de Bourges.

Elle enregistre ensuite quatre albums dans les années 1980.

 

De 1987 à 1996, elle s’absente de la scène médiatique et des studios d’enregistrement.

Elle revient en 1996 avec l’album « Juste une amertume ».

En 2010, elle est nommée chevalier des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.

Elle a également écrit des chansons pour Allain Leprest et notamment Marie-Paule Belle.

 

°°°«Nuages Blancs », 1982

https://www.allformusic.fr/isabelle-mayereau/nuages-blancs

 

→ M comme « Jeanne Mas »

Chanteuse,  actrice franco-américaine née en 1958 en Espagne. Elle a enregistré 20 albums studio et un live.

 

Jeanne Mas connaît le succès en 1984 en France avec son titre «  Toute première fois ». Elle enchaîner les tubes tout au long des 1980.

  Elle collabore avec Romano Musumarra, Daniel Balavoine et Andy Scott.

Après son passage à l’olympia, elle remporte deux victoires de la musique en 1985 : révélation variété de l’année et interprète féminine de l’année.

 

Au printemps 1986, elle confirme avec la sortie de son 2ème album « Femmes d’aujourd’hui ».

Après une pause pour s’occuper de sa fille, elle revient sur le devant de la scène début 1989 avec un album aux textes plus engagés, « Les crises de l’âme ». Elle devient cette même année la première artiste féminine française à se produire à Bercy pendant quatre soirs. La tournée qui devait suivre est annulée.

 

Le come-back en 2000

Jeanne Mas fait un come-back poétique avec la sortie d’un 7ème album, « Désir d’insolence », inspiré des textes de poètes français. En 2005, un nouvel opus est travaillé à partir du « Cid » de Corneille. Mais c’est en 2008 avec « Be West », un album aux sonorités country américaines, que la star des années 1980 revient sur le devant de la scène.

En 2017, Jeanne Mas signe son 16ème album solo baptisé « pH ».

 

°°°«Jeanne Mas », 1er album, 1985

« Jeanne Mas » est le premier album de Jeanne Mas, sorti en janvier 1985.

Porté par le succès des deux premiers singles extraits, « Toute première fois » et « Johnny, Johnny », l’album se classe 5ème au top album français et est rapidement certifié disque d’or.

 https://www.allformusic.fr/jeanne-mas/jeanne-mas

 

→ M comme « Pat Metheny »

Patrick Bruce Metheny, né en 1954 dans le Missouri  est un guitariste de jazz et leader du groupe Pat Metheny Group.

 

Il se produit sur scène à raison de 200 concerts par an depuis 1974.

Une partie des critiques de jazz a longtemps eu tendance à scinder son œuvre en deux branches : celle de Pat Metheny, jazzman, et celle de Pat Metheny, leader du « Pat Metheny Group ». À une sorte de « Docteur Jekyll », jazzman académique ouvert à des expériences variées, ils opposaient un « Mister Hyde », musicien prospectif et plus commercial.

Pat Metheny estime que l’ensemble de sa production musicale était au contraire dictée par une exigence musicale continue.

Pat Metheny indique qu’il a d’abord été un grand fan des Beatles avant que le jazz se révèle à lui quand il découvre, à l’âge de 12 ans, l’album «Four and More » de Miles Davis. Il répète souvent qu’il joue la musique qu’il aimerait entendre. Sa musique reflète sa curiosité : il avoue avoir été influencé par la musique classique, la musique contemporaine, le rock, la musique folk et country américaine mais aussi les musiques traditionnelles du monde. Il est notamment très influencé par la musique brésilienne. Il a vécu au Brésil pendant un moment et a travaillé avec des musiciens tels que Milton Nascimento ou Toninho Horta.

Metheny a souvent cité Wes Montgomery et Jim Hall comme ses influences principales. Son jeu montre aussi celle d’Ornette Coleman, figure emblématique du free jazz et inventeur de l’harmolodie, avec lequel il a enregistré un disque.

 

 

°°°«  New Chautauqua  »

« New Chautauqua » est un album studio du guitariste de jazz Pat Metheny sorti en 1979.  (guitares électriques 6 et 12 cordes, guitare acoustique, guitare harpe 15 cordes, basse électrique.)
Pat Metheny fait partie de ces rares artistes dont la virtuosité est si fluide qu’elle n’est plus un objectif nécessaire pour voir sa musique. Malgré les 43 cordes à sa disposition, Metheny opte pour l’étendue pure sur la densité et offre une de ses cartes postales sonores les plus vives pour le futur.

 

https://www.allformusic.fr/pat-metheny/new-chautauqua

 

→ M comme «Frederik Mey  », 

Reinhard Mey, connu en France sous le nom de Frédérik Mey, est un auteur, compositeur, interprète allemand né en décembre 42 à Berlin

Après l’obtention de son baccalauréat français, Mey est commercial-stagiaire aux laboratoires Schering à Berlin. Il interrompt de nouvelles études en management pour se consacrer entièrement à sa vocation d’auteur-compositeur interprète.

Avec un groupe de camarades d’école, il forme en 1957 un groupe de skiffle, les « Rotten Radish Skiffle Guys » qui lui permet de connaître ses premières expériences de scène. En 1961, il forme avec Wolfgang Schulz un nouveau groupe, « Les trois affamés ».

En 1967 il représente l’Allemagne au festival de KnokkeLe Zoute, performance qui lui vaut son premier contrat avec un producteur musical français.

 

°°°« Volume 4  »,

« Il neige au fond de mon âme » : https://www.youtube.com/watch?v=r0Ogc6p6Eh0

 

 

→ M comme «The Marshall Tucker Band  » , 1981

Originaire de la Caroline du Sud, le groupe fut créé en 1972 et sortit leur premier disque « The Marshall Tucker Band »,  en 1973.

Comparé aux pionniers du rock sudiste et à leurs collègues The Allman Brothers Band, The Marshall Tucker Band possédait un son bien plus orienté vers la country, où la flûte prédominait, comme chez Jethro Tull. Parmi leurs plus grands succès se trouvent « Can’t You See », « Fire on the Mountain », « This Ol’ Cowboy » et « Heard It in a Love Song ».

Le groupe a été formé par le chanteur Doug Gray, le guitariste Toy Caldwell, son frère le bassiste Tommy Caldwell, le guitariste George McCorkle, le batteur Paul Riddle et le flûtiste et saxophoniste Jerry Eubanks.

Ils ont acquis une reconnaissance en faisant la première partie des Allman Brothers Band et ont trouvé un succès significatif au cours des années 70, avec la plupart de leurs albums devenus disques d’or. Leur sommet est venu avec le million de ventes d’albums de « Carolina Dreams ».

°°°« Dedicated  », le 11ème album studio du Marshall Tucker Band, « dédié » à leur ancien bassiste et membre fondateur, Tommy Caldwell décédé l’année précédente dans un accident de voiture ainsi qu’à l’autre frère de Caldwell, Timmy, décédé dans des circonstances similaires.

https://www.allformusic.fr/the-marshall-tucker-band/dedicated

 

→ M comme « Madness » , 1979

Madness (« folie » en anglais) est un groupe britannique créé en 1976 qui a fait connaître le ska au grand public au début des années 80.

 Madness est à l’origine du « nutty sound », la marque de fabrique sonore du groupe.

 

Tout d’abord appelé  « The Invaders » en 1976, ils prennent le nom de Madness » en janvier 1979 avec l’arrivée de Graham « Suggs » McPherson, Mark Bedford et Dan Woodgate : en novembre 1979, paraît leur premier album « One Step Beyond».

Fin 1983, Mike Barson, qui regrette que le groupe s’oriente vers quelque chose de plus pop, quitte le groupe. C’est le début d’une période en demi-teinte pour le groupe, qui finit par se séparer en septembre 1986 après la sortie de « Mad not Mad». L’album plus pop, éloigné des sonorités enjouées des débuts, est globalement assez nostalgique. Malgré tout, les critiques britanniques titrent « Mad not bad ».

En 1988, le groupe se reforme brièvement sous le nom The Madness et enregistre deux singles : « I Pronounce You » et « What’s That? » ainsi qu’un album « The Madness ».

En 1999, le groupe complet (avec le retour de Mike Barson) sort un nouvel album, «Wonderfull », dans la veine pop des derniers disques du groupe, qui marque également le retour du ska avec la chanson « The Communicator ».

En 2004, le groupe se renomme « The Dangermen », se produisant sur de petites scènes londoniennes pour des reprises aux influences ska.

Après la sortie de l’album « Dangermen Sessions » en 2005 et le retour de Chris Foreman, le groupe travaille sur son nouvel album « The Liberty of Norton Folgate ». Entre 2006 et 2008, 23 morceaux ont été enregistrés pour ce disque qui sortira en 2009.

Le vendredi 28 août 2009, le groupe joue à Rock en Seine , remplaçant, avec un second concert, le groupe Oasis, initialement programmé, mais qui venait juste de se séparer.

Le 4 août 2012, le groupe participe au Jubilé de la Reine et le 12 août 2012, participe à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Londres.

Le groupe est à l’affiche du Countdown Concert 2014 à Dublin.

 

°°°«One Step Beyond   »,  est le premier album studio de Madness, sorti en octobre 1979.

 Le titre phare de l’album, publié en single, a été composé et enregistré à la base par le musicien jamaïcain de ska  Prince Buster en 1964 et a été repris par le groupe comme hommage. 

«One Step Beyond» est un morceau quasiment instrumental, mené par le saxophone de Lee Thompson. C’est Chas Smash que l’on entend parler dans l’intro et chanter la phrase « One Step Beyond » plusieurs fois.

En 2013, une reprise par Inspecter 7 apparaît dans le film « Le loup de Wall Street » de Martin Scorsese.

https://www.youtube.com/watch?v=SOJSM46nWwo

 

→ M comme «John Mayall»

Né en 1933 à Macclesfield, près de Manchester,  John Mayall est bercé par les disques de jazz de son père. À douze ans, il apprend seul à jouer de la guitare et de l’harmonica.

John Mayall travaille d’abord comme graphiste, emploi qu’il abandonne définitivement à 30 ans, pour former « The Bluesbreakers », qui reste le nom de son groupe près de cinquante ans après ses débuts.

Pendant deux ans, de juin 1969 à l’été 1971, Mayall a opté pour une formule sans batteur, produisant deux de ses albums les plus originaux, «The Turning Point »

Fin 1969, il s’installe en Californie.

À partir de 1963, les Bluesbreakers deviennent une véritable pépinière de talents pour le blues britannique, en révélant de très nombreux musiciens de talent, notamment le bassiste Jack Bruce, le batteur Aynsley Dunbar, les guitaristes Eric Clapton (qui forme ensuite Cream), Peter Green(qui fait ensuite partie de Fleetwood Mac avec le bassiste des Bluesbreakers John McVie), Mick Taylor (qui va rejoindre les Rolling Stones), puis Freddy RobinsonWalter TroutCoco Montoya et Buddy Whittington.

 

40 ans plus tard… En 2005, John Mayall reçoit la médaille d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE).En incluant les huit cd produits par son fan-club, il a enregistré 68 albums depuis 1964 et continue de tourner en 2018 avec la même formation depuis 2010: Rocky Athas à la guitare, Greg Rzab à la basse et Jay Davenport à la batterie.

 

 °°°«The Blues alone   », 1967 The Blues Alone est un album de blues électrique

sur lequel il a enregistré toutes les parties lui-même, à l’exception des percussions jouées par Keef Hartley.

https://www.allformusic.fr/john-mayall/the-blues-alone

 

 °°°«Road Show Blues   », 1980

Le 3ème album de John Mayall.

Les deux morceaux, « Baby, What You Want Me To Do » et « Mexico City »  ont été enregistrés en direct.

Road Show Blues a montré un Mayall « bouillonnant ». Son groupe reste également  toujours assez impressionnant. 

https://www.youtube.com/watch?v=GgJvBO1C7nY

https://www.deezer.com/fr/album/131814912

 

 

J.L Pradines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer